BCSC releases its National Report Card on Youth Financial Literacy

 

A national youth financial literacy survey, released to mark November as Financial Literacy Month, shows that high school graduates are highly optimistic about their financial futures.  On average, students expect to earn over $70,000 in 10 years’ time (more than double the reported income of Canadian post-secondary graduates ten years their age) and almost three quarters expect to purchase a home within ten years, which is a much higher rate than actual home ownership. Over 90% of those surveyed were enrolled in post secondary courses.

 

“This is the first comprehensive Canadian benchmark study on youth financial life skills.  We believe that the information and analysis in this study will help educators and policy makers develop and deliver financial literacy programs for Canadian youth,” said BCSC Chair, Brenda Leong.

 

The study surveyed the impact of financial literacy courses on high school graduates. Students who took comprehensive financial literacy courses and had good experiences taking them performed better overall on financial literacy outcomes (attitudes, behaviour and knowledge). The survey also showed that simply having taken a financial literacy course has little impact on these outcomes and having a bad course experience is the same as not having taken a course at all.

 

“This information points to the importance of how financial life skills are taught in our secondary schools.  The study tells us that the more comprehensive a course is and the better taught, the more likely students will have higher scores on financial attitude, behaviour and knowledge,” said BCSC Chair, Brenda Leong.

 

The study included a financial literacy test.  BC and Alberta performed higher than the national average.  42% of BC graduates scored an “A” or higher followed by Alberta graduates at 37%, above the national average of 35%.  One explanation for this result is the fact that BC and Alberta both have comprehensive financial life skills courses in their high school curriculum.

 

On the important matter of student debt, the survey showed that over half of the respondents carry debt, which for nearly 70% includes a student loan.

And while half say they plan to pay it off in five years, the numbers tell a different story. Student debt has reached a record-high of nearly $15 billion, according to 2010-2011 actuarial report released by the federal government.

 

Concludes Ms. Leong, “The financial realities that we face as Canadians indicate that there is a lot at stake in educating young Canadians to be financially prudent. We need to build on the momentum created by the Taskforce on Financial Literacy and become global leaders in graduating students who are not only well versed in Languages and Mathematics, but in personal financial management as well.”

 

 

La Commission des valeurs mobilières de la Colombie-Britannique 

publie son rapport national sur la littératie financière des jeunes 

 

Selon les résultats d’une enquête nationale sur la littératie financière des jeunes, publiés à l’occasion du Mois de la littératie financière en novembre, les diplômés des écoles secondaires manifestent un grand optimisme quant à leur avenir financier. L’étudiant médian s’attend à gagner 70 000 dollars dans 10 ans, un montant plus de deux fois supérieur au revenu déclaré des diplômés postsecondaires qui ont 10 ans de plus qu’eux. Près des trois quarts de ces étudiants s’attendent à acheter une maison d’ici 10 ans, une proportion beaucoup plus élevée que celle qu’on peut observer dans la réalité. Plus de 90 % des jeunes qui ont pris part à l’enquête étaient inscrits à des cours postsecondaires.

« Le rapport national sur la littératie financière des jeunes [National Report Card on Youth Financial Literacy] est la première étude de référence canadienne consacrée à une évaluation détaillée des aptitudes financières acquises par les jeunes, a déclaré Brenda Leong, présidente de la Commission des valeurs mobilières de la Colombie-Britannique (British Columbia Securities Commission, ou BCSC). Nous croyons que les données et les analyses que renferme cette étude aideront les éducateurs et les décideurs à mettre au point et réaliser des programmes destinés à améliorer la littératie financière des jeunes Canadiens. »

 

L’enquête visait à mesurer l’impact des cours de littératie financière sur les étudiants détenteurs d’un diplôme d’études secondaires. Ceux qui avaient suivi un cours approfondi d’apprentissage financier et pour qui ce cours s’était avéré une expérience enrichissante manifestaient dans l’ensemble de meilleurs résultats en littératie financière, mesurés d’après les attitudes, les comportements et les connaissances. L’enquête a montré, par contre, que le seul fait d’avoir suivi un cours de littératie financière n’avait guère d’influence sur les résultats et que, dans les cas où l’assistance à un cours d’apprentissage financier s’était avérée une expérience négative, les résultats étaient les mêmes que si l’étudiant n’avait pas assisté au cours.

« Ces résultats illustrent l’importance que revêt la façon dont les connaissances financières sont transmises dans nos écoles secondaires, a ajouté la présidente de la BCSC. L’étude montre que, plus un cours est détaillé et mieux il est enseigné, plus il est probable que les étudiants auront des marques élevées sur les échelles des attitudes, des connaissances et des comportements financiers. »

 

L’étude comportait également un test des connaissances financières. Les résultats des étudiants de la Colombie-Britannique et de l’Alberta étaient supérieurs à la moyenne nationale de 35 %. En Colombie-Britannique, 42 % des diplômés secondaires se sont mérité la marque A ou A+, tandis qu’en Alberta le chiffre correspondant était de 37 %. Ces résultats tiennent en partie au fait que ces deux provinces offrent des cours approfondis pour l’acquisition d’aptitudes financières.

 

L’enquête portait également sur une autre question importante, celle de l’endettement des étudiants. Les résultats révèlent que plus de la moitié des répondants sont endettés et que dans près de 70 % des cas, la dette comprend un prêt étudiant. Plus de la moitié des étudiants endettés croient qu’ils pourront rembourser leur prêt d’ici cinq ans, mais les chiffres réels tracent un portrait bien différent. Selon le rapport actuariel publié par le gouvernement fédéral pour 2010-2011, en effet, l’endettement total des étudiants atteint aujourd’hui près de 15 milliards de dollars.

 

Bref, conclut Brenda Leong, « les réalités financières auxquelles nous sommes confrontés en tant que Canadiens indiquent à quel point il importe d’enseigner aux jeunes Canadiens à se montrer prudents en matière financière. Nous devons faire fond sur la dynamique impulsée par le Groupe de travail sur la littératie financière et devenir des leaders mondiaux produisant des diplômés qui se débrouillent bien non seulement dans les langues et les mathématiques mais aussi dans la gestion des finances personnelles. »